Découvrez  le  Patrimoine Aveyronnais

LE LARZAC TEMPLIERS et HOSPITALIERS

parc-naturel-des-grands-causses-patrimoine-culturel-architectural-porte-de-la-Capelle-hameau-médieval-de-SaintVéran-Aveyron-gîte-de-charme-le-colombier-saint-veran-region-occitanie-france
Porte de la Capelle Saint Véran

                                              SAINT VÉRAN 

      Situé en Aveyron , le hameau de Saint Véran , accroché à ses rochers ruiniformes dominant la vallée de la Dourbie, est le berceau de la famille de Montcalm . C'est en 1425, que Raymond de Montcalm ancien chirurgien-barbier du comte Jean IV d'Armagnac, lui rend hommage selon l'usage féodal pour la terre de Saint Véran et la moitié indivise de son château.
       En 1470 alors que le Château de Saint Véran était sous séquestre royale , Mossenhor Charles d'Armagnac, comte de Rodez le reprit par surprise et s'installa avec une petite troupe d'une trentaine d'hommes d'armes . Accusé de frapper de la fausse monnaie et d'y pratiquer l'alchimie il y fut assiégé par le sénéchal de Rodez, Guillaume de Sully en décembre 1470 . Dans les premiers jours du mois de Janvier suivant, il finit par se rendre en compagnie de son fils bâtard, petit Jean et de son écuyer Guéraud de Marestan . Charles d'Armagnac sera pour ces faits emprisonné à la Bastille d'où il ne sera libéré seulement qu'en 1483 après la mort de Louis XI.
    Mais ce n'est qu'en 1661 que Louis III de Montcalm en rachetant l'autre moitié deviendra effectivement à part entière seigneur de Saint Véran . La famille conservera alors ce fief jusqu'à la révolution . Louis Joseph de Saint Véran, marquis  Montcalm ( 1712-1759), nommé par le roi Louis XV général en chef de ses troupes en Amérique septentrionale y fera un ultime séjour juste avant son départ pour le Canada en février 1758.

      Du château dont la construction remonte au tout début du XIème siècle ne subsiste aujourd'hui qu'une partie du logis seigneurial ainsi que son donjon cylindrique.      

  D'abord municipalité autonome en 1789, Saint Véran fut rattaché à celle de Montméjean en 1799 et, depuis 1834, à celle de La Roque Sainte Marguerite.